HOME

[FORMATION] Quand Christophe GALTIER réclame de la patience aux jeunes


Alors que Tiago Djalo, 19 ans, devrait remplacer Gabriel ce dimanche, Christophe Galtier en a profité, à l'occasiond e la conf d'avant LOSC-OM, pour expliquer sa philosophie d'intégration des jeunes éléments à son groupe. IL évoque notamment le cas de Gabriel, devenu titulaire indiscutable après avoir été longtemps dans l'ombre...

 

Il y a Tiago Djalo, Gabriel, mais on pourrait aussié voquer Cheick Niasse, darly Nlandu, Iddy Ouattara, Lucas Chevalier notamment, les fers de lance du centre de formation et qui s'entraînent régulièrement avec le groupe pro. Ils ont franchi une étape, il en reste d'autres...Les explications du coach...

 

A propos de TIAGO DJALO

« Tiago Djalo est un jeune de 19 ans qui a vite joué en fonction des suspensions et des blessures. J'ai été satisfait de lui. Ensuite, il n'a que 19 ans. La progression n'est pas linéaire. Ca monte, ca fait des plateaux, ca monte puis ca descend. Il ne faut pas descendre trop bas. Sinon, il faut être capable de combler l'écart.

Il est dans un processus d'apprentissage que je considère comme normal. Et le plus dur pour nos jeunes joueurs est qu'ils intègrent qu'ils sont dans un processus d'apprentissage normal. On ne peut passer d'une équipe réserve, quel que soit le club, à titulaire dans une équipe qui joue la champion's league. Il y a des étapes. »

 

L'EXEMPLE GABRIEL

Il faut que nos jeunes joueurs profitent des trajectoires des uns et des autres dans notre effectif. Il y a des exemples concrets. A eux d'écouter et à s'appuyer sur les cadres.

Pour Tiago, il a une référence à son poste qui est José Fonte. Il peut aussi s'appuyer sur la trajectoire qu'a eu Gabriel chez nous. Il a été longtemps dans l'ombre, a mis du temps à venir. Il a quelque fois joué, puis plus joué puis commencé à s'imposer match après match. IL était le cinquième défenseur du LOSC. Il est devenu le troisième puis le deuxième. Tiago, quand il est arrivé, était le cinquième défenseur du LOSC. Aujourd'hui, il est le troisième.

 

GERER L'IMPATIENCE DE LA JEUNESSE

C'est l'apprentissage. Il faut qu'il écoute, qu'il observe, qu'il intègre tout ce qu'on lui dit. C'est mon travail et j'aime cela. Je vous parle comme cela mais, parfois,c e n'est pas aussi calme. ce sont des garçons de 19 ans qui dégagent beaucoup de force, d'énergie, beaucoup d'envie et qu'il faut canaliser de façon précise, qu'il faut faire grandir semaine après semaine. »