HOME

[D2F] Rachel SAIDI : "Accrocher le haut de tableau"


Arrivée en février dernier alors que l'équipe première était au plus mal, Rachel Saïdi, pour sa première expérience de coach, a presque réussi l'impossible. Il n'a manqué qu'un point pour assurer le maintien. Mais elle a donné au club sa première finale de Coupe de France. Confirmée, logiquement, à la tête du groupe, la coach fait le point en ce début de saison, effectif, objectifs, tout y passe...

 

Une expérience délicate qui va servir...

« Cette période a été très formatrice pour moi. Je ne regrette rien.

L’expérience que j’ai vécue depuis février m’a permis de valider certaines choses.

Les joueuses ont vite adhéré à la méthodologie que j’avais mise en place. Il y a eu une franchise, une honnêteté, une transparence totale entre joueuses et staff. Cela nous a également permis de retrouver une certaine intensité aux entraînements et de renforcer nos liens.

On est reparti sur cette même méthodologie. La différence est que l’on a plus de temps, pour regarder plus loin que le prochain dimanche, pour analyser le profil des joueuses...

 La saison dernière, les semaines étaient lourdes psychologiquement. On pensait dimanche après dimanche, résultats. »

 

Avec des responsabilités accrues...

 « Avec le départ de Jules-Jean Leplus, on m’a donné quelques responsabilités supplémentaires, notamment sur le recrutement. Il a fallu vite s’y mettre. Fernando Da Cruz, le directeur du développement du centre, a été proche de nous.

On savait qu’il allait y avoir quelques mouvements. Mais c’est une bonne chose. On a cependant gardé une bonne ossature d’anciennes.

C’est un groupe qui est en train de prendre ses marques. Il est intéressant pour l’avenir. A nous de trouver une cohésion. A partir du moment où le groupe vit bien, on peut espérer faire de belles choses. »

 

 

A propos du recrutement…

« J’aimerai bien encore recrutée une attaquante ou une milieu excentrée. Les profils des joueuses que l’on a récupéré n’étaient pas disponibles dans le groupe. On ne voulait pas prendre pour prendre.

On a porté toute notre attention sur le vécu en D1 ou en sélection, des joueuses avec de l’expérience du haut niveau. »

 

La jeunesse, une volonté assumée...

« C’est une volonté, une volonté du club. On commence à se calquer sur ce qui se fait aussi chez les garçons. On le voit aussi avec les quatre championnes d’Europe que l’on a dans le groupe. L’effectif est jeune, certes. On a calculé la différence de moyenne d’âge entre les Lyonnaises et nous lors de la finale de la Coupe de France. Il y avait quatre ans d’écart.

La jeunesse nous coûtera peut-être lors de certains matchs car il y a un peu plus de vice quand on est plus âgée. Mais notre attaquante camerounaise (34 ans) va les encadrer, leur parler. »

 

Avec quatre jeunes U19, championnes d'Europe...

« J'ai pu  revoir Emeline Saint-Georges que l’on a recruté et que l’on avait déjà observé.

Cela a permis que l’on parle de la formation des jeunes à Lille.

Et cela est bien pour les joueuses. Cela leur donne une nouvelle ligne sur leur CV, un peu plus de confiance car trois d’entre elles étaient régulièrement titulaires. Elles ont eu du temps de jeu. Le seul hic est d’aménager leur reprise. Ce titre leur appartient. »

 

 

Les objectifs…

« Le club ne nous met pas de pression. Le souhait est d‘accrocher le haut de tableau sans parler obligatoirement de montée. On l’a dans notre tête. On fera le point à mi-saison si l’on est dans le haut de tableau comme cela est envisagé. »

 

Sur le championnat...

« Ce championnat de division 2 est particulier. J’y ai joué avec Hénin et le LOSC. Il a évolué. Le jeu est plus athlétique, plus dur dans les duels que le championnat de division 1.

Avec nos jeunes, l’interrogation est de savoir si on sera armées pour répondre à ce défi. »

 

 

Les adversaires potentiels…

La division 2 est divisée en deux groupes. Lille est dans le groupe B. Seule, l'équipe classée première monte en division 1.

« Il y a d’abord Saint Etienne. C’est une équipe que j’ai déjà affronté. Ce club a eu de très bonnes joueuses qu’il n’a pu garder par manque de moyens.

Je citerai également le Havre qui a une philosophie de recrutement basée sur l’étranger. Beaucoup d’américaines y évoluent. Ce club était déjà second la saison dernière.

Ensuite, il y a des équipes qui avancent dans le bon sens. Saint Malo a fait une dernière saison extraordinaire. Elles ont été quasiment secondes toutes la saison et finissent troisièmes.

Il faudra se méfier de toutes les équipes. Il n’y aura aucun match facile. »

 

Merci à Rachel SAIDI pour sa disponibilité

 

Propos recueillis par Stéphane HELBECQUE

 

 

Le groupe a repris le 30 juillet dernier. Il disputait son premier match amical ce dimanche au coeur d'un mini stage. C'était à Portsmouth (club de division 3) avec une victoire 0-2 à la clé.