HOME

Rachel Saidi : "On va tout faire pour la montée. Mais il y a de l'opposition"


C'est ce lundi que l'équipe première féminine, qui évolue en D2 sous les ordres de Rachel Saïdi, a repris le chemin du LOSC. Après les premiers mots d'usage, la vraie reprise, avec deux entraînements au programme, avait lieu ce mardi. AllezLILLE en a profité pour faire le point avec la coach, que l'on remercie pour sa disponibilité...

 

Il a fallu gérer le groupe durant le Covid...

C’était une situation délicate que l’on n’avait jamais vécues. On a essayé d’accompagner au mieux les joueuses durant ce confinement et de garder le contact.

On les a eues au téléphone pour faire le bilan de la saison et voir comment ca allait.

Il y a eu des séances collectives par visio, en commençant notre programme en intérieur car, avec le staff, on ne voulait pas prendre de risques.

Vers la fin du confinement, on leur a apporté du contenu à l’extérieur. Cela leur a permis de s’aérer. 

 

Et une reprise qui fait du bien...

C’était le premier jour. Je suis satisfaite de voir ce groupe avec un bon état d’esprit. Elles ont toutes envie de rejouer au foot. IL n’y a pas de mauvaise nouvelle au niveau de l’état de forme. Elles ont été sérieuses durant le confinement.

 

 

Une saison dernière tronquée et c'est dommage...

La saison passée, l’équipe a mis du temps à débuter la saison. Il avait fallu restructurer le groupe car il y avait eu beaucoup de départs. Cela nous a fait perdre du temps.

La machine a commencé à se lancer à partir de la sixième journée même si tout ne fut pas parfait.

Quand on fait l’état des lieux, l’équipe est invaincue en championnat depuis le 8 décembre (une seule défaite en Coupe à domicile contre Dijon).

On était dans une dynamique positive et on espérait alors aller titiller Saint Etienne et le Havre qui commençaient alors à perdre des points.

J’ai vu des joueuses passer un cap rapidement à l’image de Noémie Mouchon.

On a peut être manquer de maturité, surtout en début de saison du fait de la jeunesse du groupe.

 

 

Un recrutement adapté et peu de départs pour mieux faire...

Il y avait eu beaucoup de départs la saison dernière. Cette fois, 90 % de l’effectif a renouvelé son contrat. (Parmi les titulaires, seules Emeline Saint Georges en défense centrale, pour Soyaux, et Julie Dufour devant, pour Bordeaux, sont parties, Marlyse Ngo Ndoumbouk, partie à Metz, étant un cas à part car longtemps blessée). On connaît ce groupe. Et on a été chercher des joueuses pour combler les lacunes vues la saison passée.

 

Avec de l'expérience...

Le recrutement a été axé sur l’efficacité offensive, accroître la concurrence et augmenter la moyenne d’âge derrière.

On a réussi à garder Gwen (Gwenaëlle Devleesschauwer, défense centrale) qui était arrivée à l’intersaison. Et on a récupéré Maud qui va nous apporter son expérience. Elle va remplacer Emeline.

 


Chloé MARTY (à gauche) / Chloé PIEREL

 

Du poids devant...

Devant, Chloé Marty (19 ans) va remplacer Julie Dufour. Elle a fait tout son cursus de formation à Montpellier. Elle a fini meilleur buteuse quand elle était en U19. C’est une joueuse de couloir qui va nous apporter sa vitesse.

Il y a aussi Chloé Pierel (21 ans) qui a une expérience en D2 mais aussi en D1 avec Reims. Elle a fini meilleure buteuse avec Reims en D2. Elle a besoin de se relancer. C’est une vraie 9.

 

Encore de la jeunesse...

Enfin, il y a deux jeunes, Carla Nollet (18 ans) et Anaïs Lambert (17 ans) qui peuvent jouer dans le couloir droit, Anaïs pouvant aussi évoluer dans l’axe.

J’aimerai bien un autre renfort mais je suis satisfaite avec ce groupe.

 

 

L’ambition de monter mais il y aura de l’opposition…

On va tout faire pour la montée. On en a envie. On verra ensuite ce qu’il en sera. Mais il y a de l’opposition.

 Il y a du Metz, qui descends de D1, du Orléans, du Nantes qui veut retrouver la D1, Elles l’ont clamé haut et fort, Brest qui a recruté 2-3 joueuses de D1...

 Le groupe va être assez relevé. Car les équipes se sont renforcées. Il y a eu plus de transfert en D2 qu’en D1. On aura des oppositions de haut niveau. C’est plus excitant de jouer quand il y a de l’opposition.

 

Propos recueillis par Stéphane HELBECQUE

 

Photos : AllezLILLE