HOME

Grillé par le pyromane Gérard Lopez, Mouscron va renaître de ses cendres


Ancien président et actionnaire du LOSC, Gérard Lopez avait repris en son nom propre le Royal Excel Mouscron en 2020 quelques mois avant d'être éjecté de la présidence du club lillois. Deux ans plus tard, après avoir vu "son" club relégué au terme da sa première année, Gérard Lopez n'a pas assumé sa position de propriétaire auprès des instances belges entraînant la faillite du Royal Excel Mouscron. Mais des passionnés ont décidé de repartir...

 

UNE DESCENTE AUX ENFERS SIGNEE GERARD LOPEZ

Il y a quelques jours, interrogé sur RMC, sans contradicteur, Gérard Lopez avait laissé sous-entendre que la faillite du Royal Excel Mouscron était dû au non respect d'une convention liant le LOSC au Royal Excel Mouscron. Celle-ci stipulait le versement de quatre millions d'euros en quatre versements (un million par versement pour ceux qui ne comprennent pas) pour couvrir les charges liées aux joueurs lillois prêtés au club belge. Mais, peu après le limogeage de Gérard Lopez, la nouvelle direction lilloise avait dénoncé cette convention devant les tribunaux et stoppant les deux dernières échéances de versement.

A l'issue de cette saison, le trou oscillait entre 5 et 10 millions selon les sources. Seul actionnaire, Gérard Lopez n'a pas été en mesure de fournir des garanties de couverture du passif et pour la prochaine saison devant la commission des licences, sorte de DNCG belge. Celle-ci a logiquement refusé le maintien en division professionnelle et reléguant le club en D2 amateurs. Mais, effrayé par le déficit, les repreneurs potentiels se sont peu à peu désistés, laissant le Royal Excel Mouscron à une morte certaine.

Et puis certains passionnés, refusant de laisser le Futuro et ses 500 jeunes à l'abandon, se sont mis à l'ouvrage. Mouscron va pouvoir repartir, mais de tout en bas de l'échelle, avec un projet centré sur les jeunes et les féminines.

LE NOUVEAU MOUSCRON

Renouant avec ses origines, le nouveau Mouscron va s'appeler le STADE MOUSCRONNOIS qui est le nom d'origine du club de Mouscron, créé en 2022, soit il y a tout juste cent ans. Cela ne s'invente pas.

Ils sont cinq investisseurs à s'être retroussés les manches. Ils se sont rapprochés de la Squadra Mouscron, club de Futsal mais qui figure aussi en football en Provinciale 3 (niveau où repartira le nouveau Mouscron), huitième niveau du football belge selon la hiérarchie : D1A, D1B, D1 amateur, D2 amateur, D3 amateur, Provinciale 1, 2, 3, 4.

Le nouveau Mouscron part avec de beaux atouts. Outre ses jeunes (sont beaucoup sont partis mais qui devraient être encore plus de 300), le club disposera donc d'une section futsal, d'une section football masculine, d'un pôle excellence féminin mais aussi d'une école de sports pour les plus petits. Celle-ci existait déjà mais la mairie a décidé d'y investir et de l'agrandir.

Ce nouveau Mouscron va repartir avec certaines forces vives du Futuro déjà présentes à l'image d'un Philippe Saint Jean, de Philippe Brutsaert ou encore Olivier Croes, par ailleurs directeur de l'école des sports.

Et LE LIEN AVEC LE LOSC?

Plus gros club voisin de Mouscron, le LOSC avait, par le passé, effectué deux rapprochements avec le club mouscronnois, le premier du temps de Michel Seydoux mais le flirt du club nordiste avec Marc Coucke, alors président du club d'Ostende, avait fait stoppé le projet. Le second avait été fait avec Gérard Lopez pour l'issue que l'on connait.

Le nouveau projet se veut moins ambitieux que le précédent, surtout centré sur le développement des jeunes qui, eux devraient non pas débuter au plus bas de l'échelle, mais en interrégional, niveau situé juste en dessous de l'élite, grâce à un partenariat avec un club voisin.

Nul doute que le club nordiste, (comme nous-même), suivra avec bienveillance, au niveau des jeunes, la progression de Mouscron.